21 mars 2017

La physique quantique version variables cachées et le dialogue Bohm et Krishnamurti



La physique quantique version variables cachées et le dialogue Bohm et Krishnamurti


fr.scribd.com: bohm, la physique de l'infini


1) Prologue.
Je fais une pause dans la série d'articles résumant "ma lecture" du livre de Lee Smolin "la renaissance du temps" dont la synthèse peur se résumer de la façon suivante:

Ceci est la suite des articles de mon blog à propos des univers multiples    d'Aurélien Barrau pour les quels je retiens ici les commentaires suivants: 
    -D'après Aurélien Barrau, Univers multiples Chap 1, en 3-b) Un monde, des mondes, j'ai écritles propositions nouvelles face aux problèmes et paradoxes de la physique "peuvent constituer une "pulsion inchoactive" qui poussera vers une découverte sans précédent ou bien vers un réenchantement de ce que l'on savait déjà sans en avoir pris la "dé-mesure" et finalement vers une nouvelle sacralisation du "monde".
     -D'après Aurélien Barrau, Univers multiples. La gravitation quantique chap. 9, j'avais écrit en Conclusion: aujourd'hui, la physique est en crise, le monde est en crise. Avec Lee Smolin et son "rien ne va plus en physique", Carlo rovelli Parle de la schizophrénie bipolaire des physiciens (voir une révolution inachevée). La vision anthropique de Trin Xhuan Thuan et ma vision évangélique du monde, qui s'origine dans les mythes de l'Un et de l'ordre, émergeant du Chaos initial, semblent exclus de la vision de bien des physiciens et cosmologues qui découvrent, comme l'a fait Jean Pierre Luminet, que l'Univers ne peut avoir été infiniment dense et donc que le big bang ne peut avoir été tel qu'on se l'imaginait depuis de nombreuses décennies. La possibilité d'un avant big bang a été mise en évidence avec un univers précédent qui se serait condensé jusqu'à une taille extrêmement petite mais non nulle et qui aurait "rebondi" en un big bounce pour donner notre Univers actuel en expansion après le phénomène d'inflation cosmique. Un des derniers rebondissements de ces recherches, avec Lee Smolin, pourrait bien aboutir avec sa "renaissance du temps" à une solution de la contradiction entre la physique quantique et la théorie de la relativité. A priori, ce serait une théorie unifiée des interactions fondamentales.
-&&&-
Nous avons vu , au cours du long article la gravitation quantique chap. 9, que  de nombreuses théories nouvelles ou hypothèses proposent l'unification de la physique ou tout au moins des explications aux dilemmes et paradoxes que la cosmologie moderne a mis en évidence. Mais, dans son livre "la renaissance du temps", au chapitre 8, Lee Smolin prévient: Le paradigme newtonien ne peut même pas apporter un embryon de réponse à ces questions et dilemmes: Pourquoi ces lois? Pourquoi ces conditions initiales de l'univers? Quel mécanisme les a t-il sélectionnées parmi une multitude infinie de possibilités? etc. Il appelle ceci "l'erreur cosmologique": appliquer à l’Univers entier dans sa globalité des lois établies et vérifiées sur des sous-systèmes. Dans le paradigme newtonien, ce que nous appelons une loi doit s'appliquer dans tous les cas. Mais l'application d'une loi à n'importe quel morceau d'univers implique une approximation, parce que nous devons négliger toutes les interactions entre ce morceau et le reste de l'univers. Donc les applications vérifiables d'une loi sont toutes des approximations. Smolin fait remarquer en particulier que les lois se vérifient sur beaucoup de sous-systèmes. Mais si on veut appliquer une loi de la nature sans approximation, c'est à l'univers entier qu'il faudrait l'appliquer, alors que nous n’avons qu’un seul Univers sous la main. Et un seul cas n'apporte pas suffisamment d'indices pour justifier l'affirmation qu'une loi particulière de la nature s'applique. C'est ce que Lee Smolin appelle le dilemme cosmologique, c'est à dire faire de la physique dans une boite:  4) on considère un petit sous-système isolé du reste de l’univers dans lequel on néglige certains effets pour ne s’intéresser qu’à certaines variables qui définissent un espace de configuration, atemporel. . Et pourquoi cette loi et pas une autre? De plus, beaucoup de théories cosmologiques (théorie des cordeséquation d’Einstein …) admettent en réalité une infinité de solutions, parmi lesquelles une seule correspond à notre univers. Doit-on se résoudre à admettre l’existence d’une infinité d’Univers inaccessibles pour pouvoir justifier le notre par un principe anthropique
Nous pensions, dit Lee Smolin, savoir comment répondre à ces questions. Une théorie unique mathématiquement cohérente pourrait incorporer les 4 lois fondamentales de la nature. Mais cet espoir a été anéanti. On se trouve face à ce qu'il appelle "le défi cosmologique". On vient de voir qu'il faudrait étendre la science à une théorie de l'Univers entier. Le défi est qu'il ne peut pas exister de composante statique qui puisse servir de cadre de référence, car tout dans l'Univers change et il n'existe aucun extérieur, rien qui puisse être qualifié de fond par rapport auquel les mouvements du reste de l'Univers (que nous négligeons). Or, toutes les théories physiques divisent le monde en deux parties, une partie « dynamique », qui change, et une statique, qui contient un « fond » de choses immuables, comme les constantes fondamentales.  Le « défi cosmologique » consiste donc à formuler une théorie de l’univers « indépendante du fond », purement dynamique afin de ne rien supposer d’extérieur à l’Univers: "Lorsqu’on fait de la « physique dans une boite », le « fond » comprend notamment les conditions initiales, et la méthode expérimentale permet de contrôler les conditions initiales afin de s’assurer que les lois sont indépendantes de ces conditions. En cosmologie, cette distinction entre « lois » et « conditions initiales » aggrave le problème qu’elle résout « dans une boite » : si nos observations du fond diffus cosmologique ne correspondent pas bien à la théorie de l’inflation cosmologique, faut-il corriger la loi ou les conditions initiales? Smolin critique aussi les théories effectives qui décrivent bien ce qui se passe à une certaine échelle de grandeur, mais en négligeant l’influence de ce qui est beaucoup plus grand ou plus petit." Pour Smolin, la théorie issue du défi cosmologique doit tenir compte de tout, sans rien négliger."
Je vais maintenant retracer "ma lecture" du livre de Lee Smolin, en ne commençant pas par la partie I ("le poids: le mort du temps), mais par la partie II "Lumière: la renaissance du temps". "La mort du temps" est l'épilogue de la constatation de Lee Smolin: "rien ne va plus en physique (l'échec de la théorie des cordes)" et 
Problèmes du modèle standard et physique au-delà du modèle. J'ai donc commencé mes articles par cette partie II, par ma loù j'en suis à ma lecture des chapitres 891011,12 et enfin le dernier article l'article 6, ma lecture du chapitre 13: le combat de la relativité et du quantum.
Ce dernier article fait référence au problème central que nous avons déjà longuement évoqué et que le site matierevolution.fr résume par: "Aujourd’hui, notre physique est dominée par deux grands corpus théoriques : la relativité et la mécanique quantique. Malheureusement, ils semblent inconciliables, et chacun nécessite une conception du monde qui s’oppose à celle de l’autre. Ces problèmes sont particulièrement apparents lors de l’étude de l’univers primordial, des trous noirs et de la nature du vide. Les théoriciens cherchent une nouvelle théorie qui harmoniserait la physique. »
On comprend mieux pourquoi, en dépit des succès de la théorie quantique, dont le mariage réussi avec la relativité a donné la théorie quantique des champs, de nombreux physiciens, à commencer par Einstein ont voulu aller au-delà vers une théorie plus profonde qui donne une description de chaque expérience individuelle, ce que ne fait pas la théorie quantique, mais leurs recherches ont toujours débouché sur ce conflit entre la physique quantique et la relativité. Lee Solin affirme que ce conflit est une chose que nous devons comprendre si nous envisageons la renaissance du temps en physique.
Dans le chapitre 3 de cet article, nous y avons évoqué les théorie des variables cachées dont la théorie de De Broglie-Bohm. Tout d'abord, on a vu  en 3-1), que pour l'école de Copenhague, dont l'interprétation de la mécanique est encore dominante aujourd'hui, il fallait renoncer au déterminisme et à l’existence d’une réalité  objective (objectivité dans la recherche scientifique?). Les conséquences philosophiques et épistémiques de cette interprétation sont immenses...et les difficultés de compréhension aussi! Mais deux irréductibles, Albert Einstein et Louis de Broglie, ont résisté seuls contre tous. Jusqu’à la fin de leur vie ils ont défendu le déterminisme et l’existence d’une réalité physique indépendante de l’observateur. Ils ont été rejoint par David Bohm à partir de 1952 et par John Bell à partir de 1964."  En 3-2, nous avons évoqué la démarche de David Bohm concernant l'information manquante qui opposait Einstein à Bohr, et à l'école de Copenhage et qui a amené Lee Smolin à penser: si la mécanique quantique est seulement un algorithme pour prédire des probabilités, ne pouvons-nous faire mieux? Quelque chose se passe en réalité au niveau d'une expérience individuelle et ce quelque chose est peut-être la réalité de ce que nous dénommons photon ou électron. Pourrions-nous le saisir dans un cadre conceptuel et un langage mathématique? Mais existe t-il un principe garantissant que la réalité des processus subatomiques doive être compréhensibles par des être humains et exprimable dans un langage mathématique? Continuons donc à suivre Lee Smolin qui, se rangeant aux côtés d'Einstein pense qu'il existe une réalité objective qu'on peut décrire et qui, comme Einstein, cherche une théorie qui en donne cette description (sa nouvelle théorie cosmologique qu'il recherche dans "la renaissance du temps").
Mais auparavant, avant de passer à l'article 6 et à "ma lecture" du chapitre 14 du livre "la renaissance du temps" (la renaissance du temps par la relativité),  je fais une pause pour approfondir la pensée de Bohm et sa relation avec celle Krishnamurti en évoquant les dialogues que ces deux grands hommes ont eu ensemble. 

2) Commençons par Bohm, sa théorie et l'ordre impliqué ou implicite.
     2-1) Une vision alternative de la mécanique quantique: potentiel quantique, npn-localité.
"La théorie de bohm que nous avons examinée dans l'article 6, évite le dualisme des états décrits et des états mesurés, mais son prix à payer est l’introduction de variables cachées et d’interactions à distance. Bohm introduit une grandeur physique que la théorie standard ne reconnaît pas: le potentiel quantique, qui détermine de manière causale la trajectoire d’un système quantique. Cette théorie est donc déterministe, tandis que la mécanique quantique standard admet une interprétation non déterministe. A la différence d’un potentiel de la physique classique, le potentiel quantique ne diminue pas nécessairement avec la distance spatiale. De plus, la manière dont il détermine la trajectoire d’un système quantique peut dépendre de façon immédiate de facteurs éloignés dans l’espace. Il s’agit donc d’un type nouveau d’interaction, caractéristique du domaine quantique : une interaction à distance qui, contrairement aux autres interactions, ne respecte pas la vitesse finie de la lumière comme vitesse limite. Bohm quitte là l’esprit de la critique einsteinienne avec pour objectif de pouvoir reproduire les prédictions de résultats d’expériences de la mécanique quantique, l’interaction à distance étant inacceptable pour Einstein. Processus déterministe régi par le potentiel quantique, la mesure est pour Bohm un processus physique comme les autres, bien qu’on ne puisse calculer que des probabilités de résultats".   En s'appuyant sur l'interprétation de la théorie quantique mise en place par Bohm en 1952, David Bohm et Basil Hiley présentèrent, en 1975, comment le concept de « potentiel quantique » conduit à la notion d'un « ensemble continu de l'univers entier », en proposant ce nouveau caractère fondamental de la physique quantique comme non-local
Interprétation et dénomination du « potentiel quantique »:"Basil Hiley avait aussi défini ce « potentiel quantique » comme un « potentiel d’information », c'est-à-dire un des facteurs qui sous-tendent les processus de l’univers lui-même façonné par son environnement. Bohm utilisa la métaphore de du pilotage automatique. La propulsion représente la mécanique classique mais l'action est déterminée par l'information transmise par ondes. L'énergie des signaux d'information de pilotage est négligeable par rapport à la puissance, mais elle est riche de l'information précisant le chemin à suivre. De la même manière, le "potentiel quantique", contient les informations actives. Il est potentiellement présent partout, mais réellement actif seulement là où il t a une particule. Pour Bohm, c'est un élément clé qui pourrait sous-tendre le formalisme quantique et l'approche de la théorie ne peut être mécanique, mais plutôt "organique" au sens de Whitehead, à savoir que "c'est le tout qui détermine les propriétés des particules individuelles et de leurs relations et non l'inverse" (voir  http://www.bbk.ac.uk/tpru/BasilHiley/History_of_Bohm_s_QT.pdf)
La théorie de Bohm est donc une vision alternative à la mécanique quantique. En 1952, face à l'étrangeté quantique, Bohm a suggéré que le monde quantique ne semble étrange que parce que nous ne connaissons pas sa réalité profonde. Mais, selon Bohm, la réalité est organisée. Comme on l'a déjà vu, c’est une description très déterministe où toutes les particules dans la nature possèdent des positions définies et suivent des trajectoires définies selon Aephraim Steinberg de l’université de Toronto. De nombreuses expériences récentes ont suggéré qu’une telle réalité cachée n’existe pas. Cependant, elles n'éliminent que les théories dont la réalité cachée de chaque particule est locale et n'est pas influencée par quelque chose de lointain. Les idées de Bohm impliquent une réalité cachée non locale dans laquelle chaque chose dépend de chaque chose.      

     2-2) http://europefederalepolycentrique.chez-alice.fr/physiquequantique.html (Voir david Bohm: ORDRE EXPLICITE ET ORDRE IMPLICITE – MONDE EMPIRIQUE ET RÉEL VOILÉ)





 On peut ainsi résumer ce chapitre du site: ORDRE EXPLICITE ET ORDRE IMPLICITE – MONDE EMPIRIQUE ET RÉEL VOILÉ: "Sur les rapports entre l'esprit et la matière, la plupart des physiciens ne se prononcent pas et se contentent de constater la validité de la physique quantique. Comme on vient de le voir,   David Bohm, suppose la présence d'une réalité plus profonde et inconnaissable. La matière et l'esprit n'en seraient que deux manifestations complémentaires. Ses théories sont compatibles avec le principe de non séparabilité, c'est-à-dire que des particules non contiguës dans l'ordre explicite le sont dans l'ordre implicite. 
Il considère que l'esprit et la matière sont interdépendants et reliés, mais non pas causalement connectés. Ils sont mutuellement des projections enveloppantes d'une réalité élevées qui n'est ni la matière ni la conscience. L'ordre implicite (ou implié) est au-delà de l'espace-temps. C’est un vide plein de toutes les potentialités. L’ordre explicite, manifeste, déployé, est l’univers tel qu'il nous apparaît, articulé autour de l'espace-temps, mais créant une réalité qui nous semble séparée et indépendante. Ainsi, selon David Bohm, « nous nous accrochons dans une large mesure au monde manifeste considéré comme la réalité fondamentale où l'important consiste à disposer d'unités séparées, relativement tout au moins, mais en interaction. Dans la réalité non manifeste tout s'interpénètre, tout est interrelié ». L'espace-temps de l'ordre explicite se développe à partir de l'ordre implicite. Tout comme la lumière et les ondes radio ont leur fondement dans un ordre commun, la conscience et la matière sont réunis au-delà de leur ordre implicite respectif, dans l'ordre super implicite. Cet ordre super-implicite est un univers auto-organisé dans lequel la conscience et la matière sont indissociables. L’ordre super-implicite est le fondement du monde dont il assure la cohérence. Les objets en mouvement, reliés par des champs, apparaissent dans l'ordre explicite, dans un référentiel espace temps, mais ce qui nous apparaît est sous tendu par un ordre implicite voilé. Puisque nous sommes immergés dans l’espace-temps, nous ne pouvons dévoiler le réel. Le réel nous est voilé (d'Espagnat), il est connaissable seulement en certaines de ses structures, et on ne peut que partiellement l’appréhender. Le réel voilé se situe au-delà des phénomènes. Le réel en soi, ou l'ordre implicite, est différent de notre monde quotidien. Le concept de la vitesse n'a plus de sens. C'est un espace multidimentionnel où le temps ne s'écoule plus : il y a instantanéité de tous les événements, il n'y a ni passé, ni présent, ni futur. Il n'y a plus de causalité mais information pure et synchronicité. Ce réel voilé se projette dans notre univers que nous expérimentons quotidiennement et notre cortex construirait une apparence structurée sur l'espace-temps et le principe de causalité. Cependant, parfois, notre cerveau droit serait le canal récepteur de l’intuition de l’unité de notre univers par le biais par exemple des expériences de synchronicité qui représentent un temps acausal où il n'y a ni passé ni futur. Dans l'ordre implicite, tous les événements sont repliés dans une totalité dont on ne peut rien dire et qui sous-tend l'ordre explicite. Selon David Bohm, cette totalité inconnaissable (comme le savoir absolu de Jung, ou le Réel de Lacan) en perpétuel mouvement se manifeste à la manière d'un hologramme : c’est ce qu’il définit par Holomouvement. Il y a continuellement un processus de projection et d'introjection entre l'ordre implicite et l'ordre explicite. Les particules sont continuellement en déploiement dans l'ordre explicite ou en involution dans l'ordre implicite". 
David Bohm explique aussi: (voir David Bohm dans ce site) « Les particules ne sont pas des objets identifiables. (...) elles pourraient être considérées comme des événements de nature explosive (...) On ne peut pas arriver – ni dans le cas de la lumière ni dans celui des rayons cathodiques - à comprendre ces phénomènes au moyen du concept de corpuscule isolé, individuel doué d’une existence permanente. » 

     2-3) Bohm et la conscience du réel?
Examinons les recherches de Serge Carfantan sur la conscience et le cerveau. Au chapitre C, la conscience du réel et le cerveau, Serge Carfantan précise que Pribram (physiologiste du cerveau, qui suggéra que l'hologramme offrait un puissant modèle des processus cérébraux) rencontra David Bohm dont l’interprétation de la théorie quantique l’avait justement reconduit à une interprétation de l’unité dynamique du réel impliquant le concept de hologramme. "La perspective de Pribram ouvrait sur une éventualité: le « monde objectif » des choses que nous percevons dans l’état de veille n’est qu’une interprétation d’une Réalité qui n’est pas celle que nous connaissons. Il est tout à fait possible que ce que nous appelons « réel » du point de vue de la vigilance, ne soit qu’une « vaste symphonie de résonance, d’ondes de formes, un espace de fréquence attendant d’avoir pénétré dans notre conscience pour se métamorphoser en monde tel que nous le connaissons», ce qui est en cohérence avec l'ordre implicite. David Bohm, par des voies différentes de Pribam, en était arrivé à la conviction qu’il existait une similitude entre l’univers et un hologramme, ce n’était pas simplement une « analogie symbolique ». Il avait axé sa réflexion sur le problème de l’interconnexion des phénomènes quantiques. Bohm était si impressionné par ces phénomènes d’organisation qu’il avoua avoir eu parfois nettement le sentiment que la mer d’électron était « vivante ». Dans un premier temps, il remit en cause la conception classique de la causalitéUne infinité de causes sont à l’œuvre pour un effet donné. Tout l'univers est impliqué dans l’apparition d’un événementLa représentation classique issue du mécanisme est trop fragmentaire et analytique. Elle tend à considérer l’état global d’un système seulement comme le résultat de l’interaction de ses parties. Or le potentiel quantique se situe à l'inverse, et la réalité quantique se situe plus dans la totalité que dans ses parties. Pour Bohm, elle est plus proche de l'unité de fonctionnement des parties entre elles d'un organisme vivant que de l'unité résultant de l'assemblage des pièces dans une machine. La non-localité, prouvée par les expériences d'Aspect, montre qu'au niveau quantique, le concept de "localisation" perd toute signification. Chaque point de l'espace est consubstantiel à l'ensemble des autres et si, comme le sous-tend l'ordre impliqué est est une totalité dynamique indivise dont le processus de manifestation repose sur des principes holographiques, il n'est donc pas étonnant que le cerveau possède un fonctionnement holographique. Ici, l'hologramme n'est pas un objet extérieur comme on peut le voir au futuroscope de Poitiers ou avec Jean Luc Mélanchon. Le défi qu'il convient de comprendre, c'est que, cette fois, nous ne sommes plus devant un hologramme, nous en faisons partie. Nous ne devons pas nous considérer comme un "esprit-cerveau" holographique en train de porter un regard extérieur sur un univers également holographique. C’est encore une tentative de séparer deux choses qui en dernier ressort ne peuvent l’être ». Notre pensée duelle nous empêche de voir la nature réelle de l’univers en mettant des séparations là où il n’y en a pas. L'ontologie présumée par le modèle holographique. Mais cela ne veut pas dire que la conscience soit coupée du réel. Cette ontologie amène à penser que la conscience est "une forme subtile de matière", sans doute à un niveau énergétique différent. La relation entre le réel perçu se situe dans l'ordre implicite, où se trouvent les potentialités. C'est ainsi que les règnes du vivant et du non-vivant s'interpénètrent, leurs frontières sont imprécises. La vie est partout dans les replis de l'univers non encore explicitée, attendant de s'épanouir. Selon David Bohm, "vie et intelligence se rencontrent pas seulement au détour de la matière mais aussi dans l’énergie, l’espace, le temps, la texture de l’univers, et autres catégories qu’il nous plaît d’abstraire de l’holomouvement pour y voir à tort des réalités distinctes ».  C'est ce que les traditions anciennes, l'Ayur-Veda en particulier expriment tout comme Henri Frédericic Amiel dans son journal: "L'âme est l'univers retourné en dedans, comme l'univers est une âme retournée en dehors. C'est pourquoi on ne connaîtra pas l'âme plutôt que l'univers. Toutes les parties, systèmes, lois de l'univers ont leur correspondance hiérarchique dans l'âme. Et qui plus est, chaque individu est l'univers sous un autre format. Plus le format est grand, plus l'étude est commode."... "Chaque point est la virtualité de l'univers; l'esprit est la potentialité de la matière... parallélisme absolu du monde extérieur et du monde intérieur, l'âme univers retourné en dedans, condensé en virtualité". De même que chaque fragment de l’hologramme contient l’image de la totalité, l’univers est tout entier dans chacun de ses plis.
     2-4) Pour compléter cette vision sur la totalité et la séparation, effectuons un passage par Rupert Sheldrake. 


     -La vision de Bohm dépasse largement l'aspect opérationnel (qui marche et donne les résultats qu'on connait) de la physique quantique, puisqu'elle permet de faire le lien avec la totalité, le Un et la non-dualité. Dans son livre, La plénitude de l'Univers, Bohm affirme, comme on l'a vu précédemment, que l'Univers est un gigantesque hologramme en perpétuel échange avec lui-même. La manifestation d'un phénomène, le passage de l'état quantique superposé à l'état manifesté observable est, dans la vision de Bohm, le fruit d'un enveloppement et d'un développement, d'une pliure et d'une dépliure dans lequel l'explicite est constamment en relation avec l'implicite. Bohm parle d'holomouvement pour éviter de désigner dans l'hologramme un univers statique mais l'univers à une totalité entièrement dynamique. Serge Carfantan écrit: "la pensée dans la vigilance est régie par la dualité.  Elle est portée à séparer, opposer, fragmenter. Certes la diversité existe, mais "elle n'existe que dans l'unité.
La conscience d’unité implique l’unité d’une diversité". Notre pensée "conceptualisante" et "intellectualisante" commet une erreur que l'on retrouve dans une non-reconnaissance du réel, ce qui enferme la pensée dans l'illusion. Selon Bohm, c'est cette illusion qui est à la racine de tous nos problèmes.
En se référent toujours à Serge Carfatan et ses recherches sur la conscience et le cerveau, il écrit: "L’intelligence du corps, nous l’avons vu, suppose un niveau plus subtil que celui du corps-physique, celui du corps quantique. L’existence d’une l’intelligence du corps nous montre très clairement que nous ne pouvons pas réduire l’intelligence à la seule pensée intentionnelle. Cette intelligence du corps n’est même pas confinée dans le cerveau. Elle aurait plutôt le caractère d’enveloppement d’un champ. Nous avons retrouvé cette idée dans les travaux de Rupert Sheldrake. Selon lui, la mémoire (voir le cerveau et la mémoire), en tant qu’information structurelle, est inhérente à la Nature. la théorie de la causalité formative montre que l’information dans l’univers est structurée sous la forme de champ. Elle ne peut pas se réduire à une caractéristique matérielle, au sens habituel du terme. Le concept de champ a ceci de particulier qu’il ne constitue par une « chose » et n’est pas observable directement. Les champs morphiques sont encore mal connus, mais l’expérience confirme amplement leur valeur comme hypothèse. Aux dires de Sheldrake, un champ conserve encore une valeur matérielle, mais sa texture est faite d’une matière bien plus subtile que celle des objets observables. Y compris les molécules telles que l’ADN, l‘ARN où les protéines de structure"
Pour des explications complémentaires, suivons kali dans son article sur agoravox.fr: Champs morphogénétiques : La mémoire de l’univers: Historiquement, c'est Hans Driesch (1867-1941), qui fut l’un des premiers chercheurs à tourner le dos à la vision strictement matérialiste et mécaniste qui prévalait au XIXème siècle. Ses expériences sur les blastomères d’oursin démontraient que l’ensemble de l’embryon est plus que la somme de ses parties. Des éléments pouvaient se régénérer en reconstituant l'ensemble. Il en déduit qu’il était impossible d’analyser ou de comprendre l’embryon d’une manière purement matérialiste. l'idée de "champ morphogénétique" fut introduite par Alexander Gurwitsch en 1922 et de manière indépendante par Paul Weiss en 1925A. N. Whitehead affirma qu’il existe une propriété définie de complétude qui permet aux organismes de se développer et qui ne peut être réduite à une analyse des partiesVon Bertallanfy a procédé en 1933, dans son livre Modern Theories of Developement, à la synthèse de ces différentes approches en décrivant le développement des systèmes ouverts (biologiques) par différence avec les systèmes physiques soumis à la loi d’entropie. C. H. Waddington a poussé l'idée plus loin en avec son concept de chréode ou "zone de développement canalisé" ou "attracteur de développement dans le temps et dans l'espace". Mais c'est Rupert SHELDRAKE qui donnera toute son ampleur au concept de champ morphogénique en faisant, comme nous l'avons vu, le réservoir de la mémoire de l’univers et la source de ce qu’il appelle “la causalité formative“. Pour lui, "la mémoire est inhérente à la nature" et les systèmes naturels (colonies d'animaux, de plantes ou de molécules comme l'insuline) héritent d'une mémoire collective renfermant tous les phénomènes concernant leur espèce, quelles que soient leurs distances dans l'espace et dans le temps, ce qui n'est pas sans rappeler les phénomènes de non-localité quantique. Ce sont en fait les caractères lamarkiens acquis, qui comme les formes héréditaires, sont influencés par les gènes, mais ne sont ni génétiques, ni génétiquement programmés. Sheldrake écrit que, pusque toutes nos cellules ont à peu près le même ADN, mais se développent selon des schémas différents, il doit y avoir en dehors d'elles une source d'information qui oriente leur action. C'est le champ morphogénétique de l'espèce, un champ générateur de formes. Comme tous les champs physiques, ce sont des régions d'influence non matérielle s'étendant dans l'espace et se prolongeant dans le temps. Quand un système particulier cesse d'exister, un animal qui meurt, un atome qui se désintègre, un flocon de neige qui fond, son champ organisateur disparaît du lieu où il existait, mais en réalité, son champ morphique ne disparaît pas. C'est un "schème organisateur" potentiel susceptible de se manifester chaque fois que les conditions physiques deviennent appropriées. Ils renferment une mémoire de l'existence physique antérieure des systèmes qui on cessé d'exister. Et plus la population concernée contient d'individus, plus le champ s'enrichit du comportement de tous ces individus. Comme tous les champs, électrique, magnétique ou de gravitation, les champs morphogénétiques ne peuvent être décelés que par les actions qu'ils influencent.  Tout cela ressemble au principe de "précédence" que nous avons examiné dans l'article 5 de mon blog au chapitre 4-1: Charles Sanders Peirce a parlé des lois de la nature comme d'habitudes prises au cours du temps (cité dans drgoulu.com): "Toutes choses ont une tendance à prendre des habitudes. Pour les atomes et leurs constituants, les molécules et les groupes de molécules, et en bref chaque objet réel concevable, il y a une plus grande probabilité d’agir comme lors d’une occasion antérieure semblable qu’autrement. Cette tendance elle-même constitue une régularité, et ne cesse de s’intensifier. En regardant dans le passé nous regardons où il s'agissait d'une tendance de moins en moins décidée." 
kali peut ainsi écrire dans http://www.agoravox.fr/: "On peut comparer le champ morphogénique d’une part à un gigantesque réservoir de la mémoire de l’espèce, c’est sa fonction passive, d’autre part à un inducteur d’organisation, c’est sa fonction active ou téléologique. Et cet inducteur d’organisation fonctionne de mieux en mieux grâce à l’apprentissage des membres de l’espèce."

liens champs morphiques.
http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-4529.html (L’hypothèse de la causalité formative suggère que la mémoire est inhérente à la nature. Les systèmes naturels tels que des colonies de termites, des molécules d’insuline, des comportements culturels hériteraient d’une mémoire collective. Du fait de cette mémoire cumulative, la nature des choses devient de plus en plus habituelle par répétition)
http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/theorie8.htm#champ morphique ( La théorie des champs morphiques de Sheldrake s’inscrit dans une continuité en biologie. « Au début des années 1920 trois biologistes, au moins, suggérèrent indépendamment que, dans les organismes vivants, la morphogenèse est organisée par des champs : Hans Spemann, 1921, Alexander Gurwitsch, 1922, Paul Weiss, 1923. Ces champs furent dit de développement, embryonnaires ou morphogénétiques)
http://www.unisson06.org/dossiers/science/sheldrake_champs-morphiques.htm (Ruppert SheldrakeChamps morphiques et causalité formative)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Champ_morphog%C3%A9n%C3%A9tique (Le champ morphogénétique (ou « champ morphique ») définit un champ hypothétique qui contiendrait de l'énergie et/ou de l'information sans être constitué de matière (atome, électrons, etc.). Ces champs seraient déterminants dans le comportement des êtres vivants notamment en ce qu'ils hériteraient d’habitudes de l’espèce par « résonance morphique »n 1 et que leurs actions influenceraient les dits « champs de forme »)
http://www.cerpi-officiel.be/personnalites/2016-05-01-19-33-14.html (sheldrake et les champs morphiques)
http://www.arcturius.org/chroniques/ruppert-sheldrake-champs-morphiques-et-causalite-formative/ (Ruppert Sheldrake suggère que la nature des choses dépend de champs – des champs morphiques. Chaque type de système naturel possède son propre type de champ ; il y a un champ pour l’insuline..)
http://www.chaouqi.net/index.php?Causalite-formative (Ruppert Sheldrake suggère que la nature des choses dépend de champs - des champs morphiques. Chaque type de système naturel possède son propre type de champ)
http://www.elishean-aufeminin.com/la-memoire-akashique-pr-ervin-laszlo/ (erwin lazlo: le champ et la mémoire akashique)

3) La rencontre Bohm-Krishnamurti.





     3-1) Qui est Krishnamurti?
Jiddu Krishnamurti (1895-1986) naquit en Inde près de Madras dans une famille de brahmanes  de l'Andhra Pradesh et fut pris en charge à l’âge de treize ans par la Société théosophique, qui voyait en lui « l’Instructeur du monde » dont elle avait proclamé la venue. Penseur de grande envergure, intransigeant et inclassable, il ne relevait d'aucune religion spécifique et s'adressait ni à l'occident, ni à l'orient mais au monde entier. L’Ordre de l’Étoile fut fondé en 1911 pour préparer la venue de l’Instructeur du Monde et Krishnamurti fut nommé à sa tête. Mais, répudiant avec fermeté cette image messianique, il  prononça à grand fracas la dissolution de l'ordre en 1929, cette organisation nantie qui s'était constituée autour de sa personne. Il déclara alors "que la vérité était "un pays sans chemin" dont l'accès ne passait par aucune religion, aucune philosophie ni aucune secte établie. Depuis lors, il a rejeté obstinément le statut de gourou que certains voulaient lui faire endosser. Même s'il attirait un large public dans le monde entier, il ne ne revendiquait aucune autorité et n'acceptait aucun disciple. Krishnamurti avait la conviction que les mutations de la société ne peuvent aboutir qu'au prix d'une transformation de la conscience individuelle. Il mettait sans relâche l'accent sur la nécessité de la connaissance de soi et sur l'influence limitative et séparatrice des conditionnements, qu'ils soient nationalistes ou religieux. Ses entretiens et dialogues, son  journal et ses lettres ont été rassemblés en plus de soixante volumes.
Jiddu Krishnamurti Essence de son enseignement (site http://www.meditationfrance.com/
meditationfrance.com):
"L'essence de l'enseignement de Krishnamurti est contenu dans sa déclaration de 1929 où il dit "la Vérité est un pays sans chemin". Aucune organisation, aucune foi, nul dogme, prêtre ou rituel, nulle connaissance philosophique ou technique de psychologie ne peuvent y conduire l'homme. Il lui faut la trouver dans le miroir de la relation, par la compréhension du contenu de son propre esprit, par l'observation et non par l'analyse intellectuelle ou la dissection introspective. L'homme s'est construit des images religieuses, politiques ou personnelles, lui procurant un sentiment de sécurité. Celles-ci se manifestent en symboles, idées et croyances. Le fardeau qu'elles constituent domine la pensée de l'homme, ses relations et sa vie quotidienne. Ce sont là les causes de nos difficultés, car, dans chaque relation, elles séparent l'homme de l'homme. Sa perception de la vie est façonnée par les concepts préétablis dans son esprit. Le contenu de sa conscience est cette conscience. Ce contenu est commun à toute l'humanité. L'individualité est le nom, la forme et la culture superficielle que l'homme acquiert au contact de son environnement. La nature unique de l'individu ne réside pas dans cet aspect superficiel, mais dans une liberté totale à l'égard du contenu de la conscience.
La liberté n'est pas une réaction; la liberté n'est pas le choix. C'est la vanité de l'homme qui le pousse à se croire libre par le choix dont il dispose. La liberté est pure observation, sans orientation, sans crainte ni menace de punition, sans récompense. La liberté n'a pas de motif; la liberté ne se trouve pas au terme de l'évolution de l'homme mais réside dans le premier pas de son existence. C'est dans l'observation que l'on commence à découvrir le manque de liberté. La liberté se trouve dans une attention vigilante et sans choix au cours de notre existence quotidienne.
La pensée est temps. La pensée est née de l'expérience, du savoir, inséparables du temps. Le temps est l'ennemi psychologique de l'homme. Notre action est basée sur le savoir et donc sur le temps, ainsi l'homme se trouve toujours esclave du passé.
Quand l'homme percevra le mouvement de sa propre conscience il verra la division entre le penseur et la pensée, l'observateur et l'observé, l'expérimentateur et l'expérience. Il découvrira que cette division est une illusion. Alors seulement apparaît la pure observation qui est vision directe, sans aucune ombre provenant du passé. Cette vision pénétrante, hors du temps, produit dans l'esprit un changement profond et radical.
La négation totale est l'essence de l'affirmation. Quand il y a négation de tout ce qui n'est pas amour - le désir, le plaisir - alors l'amour est, avec sa compassion et son intelligence."

https://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.fr/2011/05/sur-krishnamurti.html (rené guénon: sur krishnamurti)
http://www.krishnamurti-france.org/La-dissolution-de-l-Ordre-de-l,1559 (Une déclaration de J.Krishnamurti

     3-2) Les dialogues (selon David Bohm) entre Bohm et Krisnamurti et l'inséparabilite.
          -En 1960, Krishnamurti rencontre le physicien David Bohm dont les vues lui semblent proches des siennes. Les deux hommes devinrent rapidement amis et enregistrèrent un certain nombre de dialogues qui se déroulèrent sur une vingtaine d'années. Ils sont l'objet d'un des livres les plus importants de Krishnamurti "Le temps aboli" (aussi publié comme "la fin d'un temps: où la philosophie se rencontrent". Le point de départ de ces dialogues est la question suivante : " L'humanité a-t-elle fait fausse route, ce qui a entraîné division, conflit et destruction perpétuels ? " La source du conflit de l'humanité est-elle l'incapacité de l'individu à affronter la réalité de ce qu'il " est " psychologiquement, avec pour corollaire la quête chimérique de ce qu'il lui faut " devenir "?
liens: https://krishnamurti-teachings.info/ebooks/fr/pdf/Krishnamurti-1980-le-temps-aboli.pdf (Jiddu Krishnamurti LE TEMPS ABOLI Traduit de l'anglais par Colette Joyeux)
https://www.brainpickings.org/2015/09/29/david-bohm-jiddu-krishnamurti-ending-of-time-love-intelligence/ (Physicist David Bohm and Philosopher Jiddu Krishnamurti on Love, Intelligence, and How to Transcend the Wall of Being)
          -David Bohm : Ma rencontre avec Krishnamurti (Quelques commentaires de Bohm sur la rencontre avec Krishnamurti dans la revue du troisième millénaire)
"Le premier contact que j’eus avec l’œuvre de Krishnamurti fut en 1959 quand je lus son livre « Première et Dernière Liberté ». Ce qui m’intéressa plus particulièrement fut l’examen en profondeur de la question « Observateurs et chose observée ». Cette question était depuis longtemps au cœur de mon propre travail — en tant que théoricien de la physique — intéressé au départ par la théorie des quanta. Dans cette théorie, pour la première fois, dans le développement de la physique, l’idée que « observateur et observé » ne peuvent être séparés, a été avancée comme nécessaire pour la compréhension des lois fondamentales de la matière en général". 
     -Cette inséparabilité est bien au coeur de la physique quantique. L'interprétation dominante, celle de l'école de Copenhague, considère que le caractère probabiliste de la mécanique quantique et que les relations d’incertitude de Heisenberg "proviennent de l’interaction entre l’appareil de mesure et ce qui est mesuré, c’est-à-dire du fait que, au niveau atomique, l’effet de l’appareil de mesure sur son objet ne peut pas être négligé. D’autre part, elle considère que parler d’objets indépendamment de toute mesure n’a pas de sens; en particulier, il est impossible de connaître l’évolution d’un système entre deux mesures". C'est donc une interprétation qui est certes opérationnelle et qui donne les résultats et applications extraordinaires qu'on connaît, mais qui ne donne pas l'explication des phénomènes individuels. Mais Bohm veut aller plus loin, c'est le sens de sa recherche d'une théorie à variables cachées. Cela rejoint aussi la préoccupation d'Einstein avec le paradoxe EPR que nous retrouvons explicité dans le site astrosurf.com:  "si, sans perturber aucunement un système, nous pouvons prédire avec certitude la valeur d'une quantité physique, alors il existe un élément de réalité physique correspondant à cette quantité physique". Les expériences  d'Alain aspect ont donné raison à l'interprétation de Copenhague et ont relégué à l'arrière-plan les variables cachées de Bohm et l'hypothèse de réalité d'Einstein. Mais, ainsi que je l'évoque dans mes articles, la crise de la physique  a été mise en évidence par Lee Smolin. Son idée de le réalité du temps dans "la renaissance du temps doit permettre d'aboutir à une nouvelle théorie cosmologique qui puisse échapper aux problèmes, dilemmes et paradoxes que rencontre la physique actuellement. Et pour lui, nous l'avons vu au cours de mes articles précédents, le seule manière, c'est d'adopter une méthodologie qui va au-delà du paradigme newtonien (le partage du monde en ses composantes dynamiques et un fond qui "le cerne"). Rappelons que ce paradigme est à la base de toutes les théories depuis la physique newtonienne jusqu'aux théories de la relativité et de la physiques quantique et les théories dérivées comme les théories des cordes. Les préoccupation de Lee Smolin, c'est à dire aller au-delà du paradigme newtonien où le partage du monde se fait entre ses composantes dynamiques et un fond qui est négligé dans l'approximation newtonienne, et la préoccupation de david Bohm, l'idée que  « observateur et observé » ne peuvent être séparés, ont en commun ce que Bohm a partagé avec Krishnamurti: la non-dualité. Krishnamurti traduit ceci dans une pensée qui est certainement un pont entre la science et la spiritualité: "Tout homme qui veut comprendre la fin de la souffrance doit comprendre, doit découvrir, doit aller au-delà de cette dualité entre le penseur et la pensée, entre le sujet et l'objet de l'expérience... Lorsqu'il y a division entre l'observateur et l'objet observé, le temps intervient, et la souffrance n'en finit donc jamais. Que faire, alors ?"

4) Conclusion: 
Nous avons vu en prologue que "Aujourd’hui, notre physique est dominée par deux grands corpus théoriques : la relativité et la mécanique quantique. Malheureusement, ils semblent inconciliables, et chacun nécessite une conception du monde qui s’oppose à celle de l’autre. Ces problèmes sont particulièrement apparents lors de l’étude de l’univers primordial, des trous noirs et de la nature du vide. Les théoriciens cherchent une nouvelle théorie qui harmoniserait la physique. Lee Smolin pense que les propositions nouvelles face aux problèmes et paradoxes de la physique "peuvent constituer une "pulsion inchoactive" qui poussera vers une découverte sans précédent ou bien vers un réenchantement de ce que l'on savait déjà sans en avoir pris la "dé-mesure" et finalement vers une nouvelle sacralisation du "monde".
Dès le début de la mécanique quantique, deux irréductibles, Albert Einstein et Louis de Broglie, ont résisté seuls contre tous à l'interprétation de copenhague. Jusqu’à la fin de leur vie ils ont défendu le déterminisme et l’existence d’une réalité physique indépendante de l’observateur. Ils ont été rejoint par David Bohm à partir de 1952 et par John Bell à partir de 1964."  Dans le chapitre 3-2, nous avons évoqué la démarche de David Bohm concernant l'information manquante qui opposait Einstein à Bohr, et à l'école de Copenhage et qui a amené Lee Smolin à penser: si la mécanique quantique est seulement un algorithme pour prédire des probabilités, ne pouvons-nous faire mieux? Quelque chose se passe en réalité au niveau d'une expérience individuelle et ce quelque chose est peut-être la réalité de ce que nous dénommons photon ou électron. Lee Smolin, se rangeant aux côtés d'Einstein pense qu'il existe une réalité objective qu'on peut décrire et, comme Einstein, cherche une théorie qui en donne cette description (sa nouvelle théorie cosmologique qu'il recherche dans "la renaissance du temps"). Cette nouvelle théorie, au lieu de parler des phénomènes uniquement de façon statistique, pourrait les expliquer et les décrire les phénomènes individuellement. On peut se demander si cette théorie permettra la vision unitaire du monde dans laquelle science et spiritualité convergeront ....?
Mais David Bohm n'était t-il pas déjà un précurseur? La théorie de De Broglie-Bohm est une vision alternative à la mécanique quantique. Face à l'étrangeté quantique, Bohm a suggéré que le monde quantique ne semble étrange que parce que nous ne connaissons pas sa réalité profonde. De plus, comme l'affirme Jean Bricmont, "la théorie de Bohm possède deux autres qualités importantes. D’une part, non seulement elle échappe à tous les théorèmes d’impossibilité sur les variables cachées, mais elle permet de comprendre intuitivement l’origine de ces théorèmes". Mais comme on l'a vu, son prix à payer est l’introduction de variables cachées que les expériences d'aspect on réfuté si elles sont locales, et d’interactions à distance. Cependant, comme on l'a vu au chapitre 2-1, elles n'éliminent que les théories dont la réalité cachée de chaque particule est locale et n'est pas influencée par quelque chose de lointain. Les idées de Bohm impliquent une réalité cachée non locale dans laquelle chaque chose dépend de chaque chose. Cette réalité plus profonde est inconnaissable, la matière et l'esprit n'en seraient que deux manifestations complémentaires. Bohm appelle cette réalité l'ordre impliciteAu chapitre 2-3, nous avons explicité cette notion en précisant que selon David Bohm, "vie et intelligence se rencontrent pas seulement au détour de la matière mais aussi dans l’énergie, l’espace, le temps, la texture de l’univers, et autres catégories qu’il nous plaît d’abstraire de l’holomouvement pour y voir à tort des réalités distinctes ».  C'est ce que les traditions anciennes, l'Ayur-Veda en particulier expriment tout comme Henri Frédericic Amiel dans son journal: "L'âme est l'univers retourné en dedans, comme l'univers est une âme retournée en dehors. C'est pourquoi on ne connaîtra pas l'âme plutôt que l'univers. Toutes les parties, systèmes, lois de l'univers ont leur correspondance hiérarchique dans l'âme. Et qui plus est, chaque individu est l'univers sous un autre format. Plus le format est grand, plus l'étude est commode."... "Chaque point est la virtualité de l'univers; l'esprit est la potentialité de la matière... parallélisme absolu du monde extérieur et du monde intérieur, l'âme univers retourné en dedans, condensé en virtualité". De même que chaque fragment de l’hologramme contient l’image de la totalité, l’univers est tout entier dans chacun de ses plis.
On peut voir (cf le chapitre 3-2) un signe de cette convergence science-spiritualité  dans le rencontre, en 1960, entre Krishnamurti et le physicien David Bohm dont les vues lui semblent proches des siennes. Les deux hommes devinrent rapidement amis et enregistrèrent un certain nombre de dialogues qui se déroulèrent sur une vingtaine d'années. Ils sont l'objet d'un des livres les plus importants de Krishnamurti "Le temps aboli"  Le point de départ de ces dialogues est la question suivante : " L'humanité a-t-elle fait fausse route, ce qui a entraîné division, conflit et destruction perpétuels ? " La source du conflit de l'humanité est-elle l'incapacité de l'individu à affronter la réalité de ce qu'il " est " psychologiquement, avec pour corollaire la quête chimérique de ce qu'il lui faut " devenir "?  Bohm évoque  ainsi "ma rencontre avec Krishnamurti (voir la revue du troisième millénaire): "Le premier contact que j’eus avec l’œuvre de Krishnamurti fut en 1959 quand je lus son livre « Première et Dernière Liberté ». Ce qui m’intéressa plus particulièrement fut l’examen en profondeur de la question « Observateurs et chose observée ». Cette question était depuis longtemps au cœur de mon propre travail — en tant que théoricien de la physique — intéressé au départ par la théorie des quanta. Dans cette théorie, pour la première fois, dans le développement de la physique, l’idée que « observateur et observé » ne peuvent être séparés, a été avancée comme nécessaire pour la compréhension des lois fondamentales de la matière en général".  Dans ces dialogues on assiste à un dépassement de la dualité et non-dualité
et à la tentative de se libérer du connu.

Qu'est ce que la non-dualité? https://fr.wikipedia.org/wiki/Non-dualit%C3%A9: La non-dualité désigne à la fois l'unité fondamentale qui, selon certaines écoles spirituelles, sous-tendrait la diversité apparente, la multiplicité des formes du monde, et les approches philosophiques ou pratiques qui conduiraient à en réaliser la nature. est un enseignement de plusieurs traditions telles que l'hindouisme (advaita vedānta), le bouddhisme, le taoïsme, le soufisme qui offrirait à l'homme de réaliser sa vraie nature par la compréhension intime qu'il ne fait qu'un avec tout. Le zen déclare par exemple que cela seul existe, et que de cela, on ne peut rien dire et rien séparer.« De l'Esprit-Un émerge la dualité, mais ne t'attache même pas à cet un. »1 Seng Ts'an, troisième patriarche du Zen.
http://non-dualite.fr/: non-dualité ne s’oppose pas à la dualité : elle la couronne. Il ne s’agit pas de dépasser la dualité, mais de l’accepter tout à fait, en tant que dualité, dans ses paires d’opposés enfin mis en relation paires par paires duelles, alors que souvent nous avons tendance à aspirer à un des opposés en fuyant l’autre : vouloir l’amour et fuir la haine, aspirer à la lumière et fuir l’ombre, par ex. Nous accueillons alors la manifestation dans toutes ses dimensions, et c’est cet accueil inconditionnel qui ouvre à la non-dualité. Autrement dit, accueillir la dualité, c’est trouver la non-dualité. Et pour cause! Où pourrait bien être la « non-dualité » ailleurs qu’ici et maintenant, incluant toutes ces limites qui vibrent sous nos yeux? La Non-Dualité n’est pas quelque chose d’autre que ce que nous avons sous les yeux, que ce qui voit ces objets actuels… C’est plutôt un regard différent sur ce-qui-est.

En conclusion, je voudrais partager cette pensée de Krishnamurti:  
 voir sur le site http://lirekrishnamurtiensemble.blogspot.fr/2016/08/lobservateur-et-lobserve-fini.html)
"Tout homme qui veut comprendre la fin de la souffrance doit comprendre, doit découvrir, doit aller au-delà de cette dualité entre le penseur et la pensée, entre le sujet et l'objet de l'expérience... Lorsqu'il y a division entre l'observateur et l'objet observé, le temps intervient, et la souffrance n'en finit donc jamais. Que faire, alors ?
Lorsqu'il y a division entre l'observateur et l'objet observé, le temps intervient, et la souffrance n'en finit donc jamais. Que faire, alors ? 
S'il n'y avait pas du tout de pensée, il n'y aurait pas d'observateur, pas de penseur, il n'y aurait qu'une attention parfaite, absolue.
La pensée est transitoire, changeante, elle n'est pas permanente, et elle recherche la permanence. C'est pourquoi la pensée a créé le penseur, qui devient alors le symbole de la permanence. Il prend le rôle du censeur, du guide, du contrôleur, de celui qui façonne la pensée... Celui qui contrôle n'est pas différent de ce qu'il contrôle ; il triche dans le jeu qu'il se joue à lui-même. Tant que le faux n'est pas perçu en tant que faux, la vérité ne peut pas être.
Il faut se libérer de la réponse du conditionnement, c'est-à-dire de la pensée. Un problème est résolu quand l'idée, la conclusion ont cessé d'être. La conclusion, l'idée, la pensée sont agitation de l'esprit. Comment pourrait-il y avoir compréhension lorsque l'esprit est agité ? 
La félicité de la vérité apparaît lorsque l'esprit n'est pas aux prises avec ses propos activités et ses luttes.
La relation, prend une tout autre signification dès que l'observateur n'est plus séparé de ce qu'il observe.
Mon esprit observe donc la solitude ; le penseur a conscience de sa solitude. Mais s’il demeure avec elle, en un contact total, sans la fuir, sans la traduire, et ainsi de suite, existe-t-il encore à ce moment-là une différence entre l’observateur et l’observé ? Ou n’y a-t-il plus comme unique fait que la réalité du vide et de la solitude de l’esprit ? L’esprit a cessé d’observer le vide dans lequel il se trouve : il est lui-même ce vide. L’esprit peut-il donc, ayant pris conscience de sa vacuité comme d’un fait, et voyant que, quels que soient ses efforts, tout mouvement de recul face à cette vacuité n’est qu’une évasion, une dépendance, et être ce qu’il est dans cet état-là, n’est-on pas délivré de toute dépendance, de tout attachement ?"  
Mais je n'ai pas encore atteint cette sagesse et mon "moi" a soif de connaissance. Il a encore besoin de penser, de rechercher, vainement sans doute... Donc rendez-vous dans mon prochain article dans lequel je continuerai à découvrir la recherche de Lee Smolin avec "ma lecture " du livre La renaissance du temps avec l'article 7 (Lee Smolin Partie II chap. 14): La renaissance du temps par la relativité.

liens bohm-krishnamurti:
http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/penseeintelligence.htm (L'intelligence et les limites de la pensée - Serge Carfantan)
http://www.krishnamurti-france.org/Le-dialogue-selon-David-Bohm (le dialogue selon david bohm)
http://blog.colligence.fr/le-dialogue-selon-david-bohm/ (le dialogue selon david bohm)
http://www.livredepoche.com/les-limites-de-la-pensee-jiddu-krishnamurti-9782253116028 (Lorsqu'un grand maître spirituel exigeant mais étranger à tout dogmatisme - Krishnamurti - et un éminent physicien, spécialisé dans la recherche fondamentale - David Bohm - se retrouvent face à face, on pourrait s'attendre à un dialogue de sourds, ou à une rude confrontation, tant leurs univers semblent s'opposer)
http://bohmkrishnamurti.com/the-dialogues/ (Les Dialogues Krishnamurti-Bohm ont eu lieu sur une période de près de 25 ans. Bien qu'ils aient rencontré et parlé avant, le premier à être enregistré était en Août 1965)
http://www.krishnamurti-france.org/Biographie-detaillee-de-Jiddu (biographie détaillée de Krishnamurti)
http://www.krishnamurti-france.org/Biographie-de-krishnamurti (qui est krishnamurti?)
https://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/0062360973/braipick09-21 (la fin d'un temps: où la philosophie et la physique se rencontrent)
https://www.feldenkraisnow.org/Francais/modelededialogue.html (L’Apprentissage en Feldenkrais et le Modèle de Dialogue de David Bohm: Bohm, une star parmi les étudiants de Robert Oppenheimer, considéré par Einstein comme son « fils intellectuel », et par le Dalaï Lama comme l’un de ses « gourous scientifiques », figurait parmi les pionniers qui ont révolutionné la physique quantique. Le modèle multi- dimensionnel de la réalité de Bohm traite de la totalité de l’existence, incluant la matière et la conscience, comme d’un tout non morcelé : tout comme le domaine des particules discrètes –caractérisé par un degré étonnant d’interconnexions et par une capacité de réponse mutuelle sur des distances énormes – la ‘réalité’ que nous voyons autour de nous, avec tous ses objets et ses créatures en apparence bien séparés, participe de deux ordres simultanément)
liens krishnamurti:
ÉVEIL IMPERSONNEL et approches non-duelles: • Le Soi est toujours antérieur à toute idée d'éveil - Karl Renz
http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/logique4.htm (Leçon 112. Dualité et non-dualité
http://www.krishnamurti-france.org/Biographie-de-krishnamurti (« Ami, ne vous préoccupez pas de savoir qui je suis, vous ne le saurez jamais. »)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jiddu_Krishnamurti
http://www.chaouqi.net/index.php?2005/04/26/14-krishnamurti-se-liberer-du-connu (science et conscience: Krishnamurti - se libérer du connu)
https://www.youtube.com/watch?v=BdFIV1gI6cE (Livre audio: Krishnamurti - Se Libérer du Connu)
https://www.youtube.com/watch?v=H_D9VqnQ5rg (Livre audio : La première et dernière liberté de Jiddu Krishnamurti)
https://www.youtube.com/watch?v=BdFIV1gI6cE  (Krishnamurti - Se Libérer du Connu - livre audio)
https://www.youtube.com/watch?v=pdLyBf_rPvU (vidéo Notre corps est plein de nous-mêmes, pure Connaissance par Rupert Spira et l'essence de la non-dualité)
http://www.krishnamurti-france.org/Le-dialogue-selon-David-Bohm (le dialogue selon David bohm)
http://www.revue3emillenaire.com/blog/ma-rencontre-avec-krishnamurti-par-david-bohm/ (david bohm: le dialogue avec krisnamurti)

http://consciencesansobjet.blogspot.fr/2011/06/abhinavagupta.html (Toute conscience est conscience de quelque chose. Parler de "conscience sans objet" est-ce alors parler pour ne rien dire?) 
https://www.tantra-yoga.fr/enseignants/colette-poggi-1/ (Colette Poggi: Tantra-Yoga : Le yoga de la vibration)
http://eveilphilosophie.canalblog.com/archives/2016/05/10/33789246.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=eveilphilosophie (Abhinavagupta est un philosophe indien du 10ème, 11ème siècle et appartient à la tradition qu'on appelle Shivaïsme du Cachemire. La réalité pour Abhinavagupta est la Conscience, et sans elle il ne peut y avoir d'ailleurs aucune expérience du tout. Pour faire l'expérience de cette conscience, il s 'agit d'opérer un retour vers le coeur de la conscience elle-même, d'opérer une véritable métanoïa. :  Dans la Grèce antique, la métanoïa signifiait « se donner une norme de conduite différente, supposée meilleure ». Carl Gustav Jung utilise ce terme dans sa conception du processus d’individuation pour désigner une transformation de la psyché par une sorte de guérison initiée par des forces inconscientes. Il s’agit d’une transformation complète de la personne, transformation qui ressemble beaucoup à celle qui se passe à l’intérieur d’une chrysalide3. Métanoïa est traduit habituellement dans les textes bibliques par « pénitence » ou par « repentance ». Mais dans certains textes du Nouveau Testament4, il a un autre sens, celui d'une conversion à Dieu : « Métanoïa signifie au-delà de nous, au-delà de l'intellect, de notre raison rationnelle et se rapporte à un mouvement de conversion ou de retournement par lequel l’homme s'ouvre à plus grand que lui-même en lui-même. »5

autres liens pour l'ensemble de ce chapitre:
Bazil Hiley le coauteur avec david bohm du livre The Undivided Universe.
les publications de Basil Hiley, ltructures algébriques dans la théorie quantique
sheldrake

liens bohm:
http://les2infinis.canalblog.com/archives/2014/12/21/31179198.html (David Bohm, suppose la présence d'une réalité plus profonde et inconnaissable dont la matière et l'esprit ne seraient que deux manifestations complémentaires. Ses théories sont compatibles avec le principe de non séparabilité, c'est-à-dire que des particules non contiguës dans l'ordre explicite le sont dans l'ordre implicite.David Bohm considère que l'esprit et la matière sont interdépendants et reliés, mais non pas causalement connectés. Ils sont mutuellement des projections enveloppantes d'une réalité élevées qui n'est ni la matière ni la conscience.L'ordre implicite (ou implié) est au-delà de l'espace-temps. C’est un vide plein de toutes les potentialités)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_De_Broglie-Bohm (L'interprétation de Bohm de la mécanique quantique (abrégée « deBB ») a été formulée en 1952 par le physicien David Bohm. Il s'agit d'un développement de la théorie de l'onde pilote imaginée par Louis de Broglie en 1927. Elle est aussi connue sous les noms d'interprétation ontologique et d'interprétation causale. La théorie de Bohm est souvent considérée comme la théorie quantique à variables cachées de référenceBitbol 1, même si cette description est rejetée par l'ensemble des physiciens bohmiens, dont John S. Bell et d'autres physiciens et philosophes. Elle entend donner une vision réaliste et déterministe de la mécanique quantique, en opposition à l'interprétation de Copenhague)
http://www.elishean.fr/la-conscience-sinscrit-dans-la-theorie-de-non-localite/ (La conscience s’inscrit dans la théorie de non-localité, c’est-à-dire qu’elle ne répond pas aux exigences et aux lois de la physique traditionnelle mais à des lois issues de la physique dite quantique)
http://newsoftomorrow.org/science/nouvellephysique/le-temps-aboli-entretien-de-bohm-avec-krishnamurti (le temps aboli: dialogue bohm krishnamurti. « L’intelligence n’est pas l’aptitude au maniement habile d’arguments, de concepts, d’opinions contradictoires – comme si les opinions pouvaient donner accès à la découverte de la vérité, ce qui est impossible – mais elle consiste à se rendre compte que la mise en actes de la pensée, en dépit de toutes ses capacités, de ses subtilités, et de l’activité prodigieuse qu’elle ne cesse de déployer, n’est pas l’intelligence. » Krishnamurti)
https://krishnamurti-teachings.info/ebooks/fr/pdf/Krishnamurti-1980-le-temps-aboli.pdf (Jiddu Krishnamurti LE TEMPS ABOLI)
http://feynman.phy.ulaval.ca/marleau/pp/03epr/epr_1/epr_1.html (LE PARADOXE EPR ET SES IMPLICATIONS
CONCERNANT LES VARIABLES CACHÉES  avec  
L’interprétation de Bohm 2.1. Présentation générale de l’expérience  2.2. Traitement mathématique 3. Introduction au concept de variables cachées 3.1. L’idée générale  3.2. La première opinion de Bohm4. La théorie des variables cachées de Bohm 4.1. Une critique de la mécanique quantique  4.2. Nouvelle interprétation physique de l’Équation de Schrödinger)
https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/3-Bricmont.pdf (3- La non-localité et la théorie de Bohm Jean Bricmont)
http://users.skynet.be/radoux/textes/quantique.pdf (jean bricmont: CONTRE LA PHILOSOPHIE DE LA MECANIQUE QUANTIQUE. Réalisme et positivisme, le problème de la mécanique quantique, la non-localité, solutions possibles au problème de la mesure.  appendices: le problème de la mesure, le théorème de bell, la théorie de bohm (pages 31 à 34), guide bibliographique)  
http://www.automatesintelligents.com/echanges/2013/avr/conjecture_cordus.html (21 février 2013 par Jean-Paul Baquiast et Christohpe Jacquemin Les modèles théoriques de l'univers La conjecture Cordus)
https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00167125/document (Albert Einstein, David Bohm et Louis de Broglie sur les variables cachées de la mécanique quantique. Michel Paty)
http://www.astrosurf.com/luxorion/bohm-ordreimplicite.htm (une théorie alternative à la physique des particules: l'ordre implicite de david bohm)
http://www.chaouqi.net/index.php?2005/03/13/12-david-bohm-et-lordre-implie (science et conscience: David Bohm, ordre implié et holomouvement)
http://spiralconnect.univ-lyon1.fr/spiral-files/download?mode=inline&data=2134252 (bohm: ordre imoliqué et holomouvement bohm, pibram, Lupasco - Spiral)
http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/theorie14.htm (Recherches sur le modèle holographique de l’univers avec Karl Lashley Karl Pribam David Bohm)
http://www.sciences-energetiques.com/articles.php?RecordID=1 (Articles sur l'Énergétique Hologrammique)
https://www.initiationphilo.fr/articles.php?lng=fr&pg=515 (SCIENCE ET PHILOSOPHIE LE MODÈLE DE BOHM ET LA PRESCIENCE DE DESCARTES)
http://www.scientiaestudia.org.br/associac/paty/pdf/paty,m_2002g-phqcausbohm.pdf (Physique quantique et causalité selon Bohm - Analyse d’un cas d’accueil défavorable)
https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/4-Bitbol.pdf (4- Bohm et ses principes ampliatifs de sélection théorique Michel Bitbol
https://phys.org/news/2016-02-quantum-surrealism.html (les chercheurs démontrent le surréalisme quantique)
https://noesis.revues.org/1628 (Whitehead et les pères fondateurs de la mécanique quantique: Introduction 1. Les phénomènes quantiques et la physique classique 2. Les vibrations organiques et les ondes de Schrödinger 3. La dualité onde-corpuscule expliquée par la théorie organique 4. La potentialité Conclusion par Sébastien Poinat)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Potentiel_quantique (il a été élaboré à partir des travaux de David Bohm et de Basil Hiley dans leur enquête sur la façon dont une particule quantique pourrait être guidée, dans sa trajectoire, par un « potentiel d'information ». Bohm était persuadé de l'existence réelle des particules quantiques et n'acceptait pas l'idée de l'effondrement de la fonction d'onde qui amène à considérer l'existence duale d'une particule tantôt sous la forme corpusculaire, tantôt sous la forme d'une onde. Ce « potentiel quantique » permet de transformer la dynamique probabiliste de la particule quantique en une dynamique déterministe. Il conduit à la notion d'un « ensemble continu de l'univers entier », en proposant ce nouveau caractère fondamental de la physique quantique comme non-local3
http://europefederalepolycentrique.chez-alice.fr/physiquequantique.html (la physique quantique, voir dernier chapitre: ORDRE EXPLICITE ET ORDRE IMPLICITE – MONDE EMPIRIQUE ET RÉEL VOILÉ)
http://www.astrosurf.com/luxorion/bohm-ordreimplicite.htm (lordre implicite de bohm)
http://les2infinis.canalblog.com/archives/2014/12/21/31179198.html (ordre implicite et holomouvement)
http://initiationphilo.fr/articles.php?lng=fr&pg=538 (DE LA PARTICULE À L’INFORMATION EN PASSANT PAR LES CHAMPS 3ème PARTIE  DES CHAMPS À L’INFORMATION: voir la thèorie de bohm, l'orde ontologique, l'ordre implicite, l'équation de shrödinger de bohm et la métaphore du bateau, le paradoxe EPR et la non-localisation, l'interprétation particulière donnée par bohm à l'expérience d'aspect, L’ordre implicite comme pilote invisible de l’univers holographique, le holomouvement, l'univers entier, expliqué par son hologramme, pribam et le cerveau holographique, mécanisme de corrélation, synthèse des différences avec l'interprétation de Copenhague, les façons d'opérer de bohm, les travaux de bohm prolongés par ceux de basil hiley, l'hypothèse du penseur qui fond avec la pensée,  Nouvelle interprétation physique de l’équation de Schrödinger en une dimension (voir les annexes.
 (1) dp3f8.jpg



liens variables cachées:
https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/5-Zwirn.pdf (Mécanique quantique et connaissance du réel par Hervé Zwirn)
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01264835/document (Intrication quantique : mythe ou r´ealit´e ? Zeno Toffano)
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01348957/document (Mécanique Quantique : Deux interprétations ? Alexandre Gondran, Michel Gondran
http://automatesintelligent.blog.lemonde.fr/2009/12/04/a-propos-des-variables-cachees-en-physique/ (A propos des variables cachées en physique Entretien avec Michel Gondran Expériences EPR, interaction d’échange et non-localité propos recueillis par Jean-Paul Baquiast 03/12/2009)
https://cercle.institut-pandore.com/physique-quantique/comprendre-theorie-variables-cachees-quantique/  (comprendre la théorie des variables cachées « Dieu ne joue pas aux dés ». Cette phrase prononcée un jour par Albert Einstein est sûrement l’une de ses citations les plus connues… mais elle est pourtant bien mal comprise. Einstein parlait ici de la physique quantique, qui, selon les autres physiciens de l’époque, serait une physique probabiliste et non déterministe)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_De_Broglie-Bohm (L'interprétation de Bohm de la mécanique quantique (abrégée « deBB ») a été formulée en 1952 par le physicien David Bohm. Il s'agit d'un développement de la théorie de l'onde pilote imaginée par Louis de Broglie en 1927. Elle est aussi connue sous les noms d'interprétation ontologique et d'interprétation causale. La théorie de Bohm est souvent considérée comme la théorie quantique à variables cachées de référenceBitbol 1, même si cette description est rejetée par l'ensemble des physiciens bohmiens, dont John S. Bell et d'autres physiciens et philosophes. Elle entend donner une vision réaliste et déterministe de la mécanique quantique, en opposition à l'interprétation de Copenhague)
http://www.revue3emillenaire.com/blog/ma-rencontre-avec-krishnamurti-par-david-bohm/ (david bohm: le dialogue avec krisnamurti)
http://www.elishean.fr/la-conscience-sinscrit-dans-la-theorie-de-non-localite/ (La conscience s’inscrit dans la théorie de non-localité, c’est-à-dire qu’elle ne répond pas aux exigences et aux lois de la physique traditionnelle mais à des lois issues de la physique dite quantique)
http://newsoftomorrow.org/science/nouvellephysique/le-temps-aboli-entretien-de-bohm-avec-krishnamurti (le temps aboli: dialogue bohm krishnamurti. « L’intelligence n’est pas l’aptitude au maniement habile d’arguments, de concepts, d’opinions contradictoires – comme si les opinions pouvaient donner accès à la découverte de la vérité, ce qui est impossible – mais elle consiste à se rendre compte que la mise en actes de la pensée, en dépit de toutes ses capacités, de ses subtilités, et de l’activité prodigieuse qu’elle ne cesse de déployer, n’est pas l’intelligence. » Krishnamurti)
https://krishnamurti-teachings.info/ebooks/fr/pdf/Krishnamurti-1980-le-temps-aboli.pdf (Jiddu Krishnamurti LE TEMPS ABOLI)
http://feynman.phy.ulaval.ca/marleau/pp/03epr/epr_1/epr_1.html (LE PARADOXE EPR ET SES IMPLICATIONS
CONCERNANT LES VARIABLES CACHÉES  avec  
L’interprétation de Bohm 2.1. Présentation générale de l’expérience  2.2. Traitement mathématique 3. Introduction au concept de variables cachées 3.1. L’idée générale  3.2. La première opinion de Bohm4. La théorie des variables cachées de Bohm 4.1. Une critique de la mécanique quantique  4.2. Nouvelle interprétation physique de l’Équation de Schrödinger)
https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/3-Bricmont.pdf (3- La non-localité et la théorie de Bohm Jean Bricmont)
http://www.krishnamurti-france.org/Le-dialogue-selon-David-Bohm (le dialogue selon David bohm)
http://www.automatesintelligents.com/echanges/2013/avr/conjecture_cordus.html (21 février 2013 par Jean-Paul Baquiast et Christohpe Jacquemin Les modèles théoriques de l'univers La conjecture Cordus)
https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00167125/document (Albert Einstein, David Bohm et Louis de Broglie sur les variables cachées de la mécanique quantique. Michel Paty)
http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-mecanique-quantique-elle-fausse-test-inflation-15567/ (La mécanique quantique est-elle fausse ? Un test avec l'inflation: proposition de test d’une formulation alternative de la mécanique quantique : la théorie de Bohm-de Broglie. Selon un chercheur du Perimeter Institute, et si la théorie de l’inflation est exacte, il suffirait d’analyser en détails les fluctuations du rayonnement de fond diffus pour, peut-être, invalider l’interprétation orthodoxe de la mécanique quantique)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l'onde_pilote (La théorie de l'onde pilote est une théorie développée par Louis de Broglie dans les années 1926-1927, visant à donner une interprétation à la dualité onde-corpuscule. Cette théorie découle des idées présentées dans sa célèbre thèse de 19241 (voir hypothèse de De Broglie) qui fut à l'origine de la mécanique ondulatoire, et a été présentée en 1927 sous le titre de « théorie de la double solution »2)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_De_Broglie-Bohm (L'interprétation de Bohm de la mécanique quantique (abrégée « deBB ») a été formulée en 1952 par le physicien David Bohm. Il s'agit d'un développement de la théorie de l'onde pilote imaginée par Louis de Broglie en 1927. Elle est aussi connue sous les noms d'interprétation ontologique et d'interprétation causale. La théorie de Bohm est souvent considérée comme la théorie quantique à variables cachées de référenceBitbol 1, même si cette description est rejetée par l'ensemble des physiciens bohmiens, dont John S. Bell et d'autres physiciens et philosophes. Elle entend donner une vision réaliste et déterministe de la mécanique quantique, en opposition à l'interprétation de Copenhague)
http://www.cphi2.org/Portals/4/CR%203%20Oct%202011.pdf  (Collège de physique et de philosophie Séance du 3 octobre 2011: LA THÉORIE DE L’ONDE PILOTE DE LOUIS DE BROGLIE ET DAVID BOHM Exposé de Franck Laloë)
https://www.initiationphilo.fr/articles.php?lng=fr&pg=664  (LE MESSAGE HOLOGRAMMIQUE DE DAVID BOHM I/ DE LA PARTICULE À L’INFORMATION EN PASSANT PAR LE CHAMP L'INFORMATION QUANTIQUE POTENTIELLE ET ACTIVE)
http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2014/oct/monde_quantique.html (Mécanique quantiqueEt si Einstein et de Broglie avaient aussi raison voir:  http://www.automatesintelligents.com/interviews/2009/gondran.html (Expériences EPR, interaction d'échange et non-localité)
http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Th%C3%A9orie%20de%20l'onde%20pilote/fr-fr/ (La théorie de l'onde pilote, dite également théorie de la double solution, repose sur une analogie hydro-dynamique de l'équation de propagation de la fonction d'onde, l'équation de Schrödinger)
https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00167125/document (Albert Einstein, David Bohm et Louis de Broglie sur les variables cachées de la mécanique quantique. Michel Paty) 
http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.800.4990&rep=rep1&type=pdf (AN ONTOLOGICAL BASIS FOR THE QUANTUM THEORY D. BOHM, B.J. HILEY and P.N. )KALOYEROU)

l'ordre implicite:
http://www.astrosurf.com/luxorion/bohm-ordreimplicite.htm (une théorie alternative à la physique des particules: l'ordre implicite de david bohm)
http://www.chaouqi.net/index.php?2005/03/13/12-david-bohm-et-lordre-implie (science et conscience: David Bohm, ordre implié et holomouvement)
http://spiralconnect.univ-lyon1.fr/spiral-files/download?mode=inline&data=2134252 (bohm: ordre imoliqué et holomouvement bohm, pibram, Lupasco - Spiral)
http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/theorie14.htm (Recherches sur le modèle holographique de l’univers avec Karl Lashley Karl Pribam David Bohm)
http://www.sciences-energetiques.com/articles.php?RecordID=1 (Articles sur l'Énergétique Hologrammique)
https://www.initiationphilo.fr/articles.php?lng=fr&pg=515 (SCIENCE ET PHILOSOPHIE LE MODÈLE DE BOHM ET LA PRESCIENCE DE DESCARTES)
http://www.scientiaestudia.org.br/associac/paty/pdf/paty,m_2002g-phqcausbohm.pdf (Physique quantique et causalité selon Bohm - Analyse d’un cas d’accueil défavorable)
https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/3-Bricmont.pdf (La non-localité et la théorie de Bohm Jean Bricmont)http://www.uclouvain.be/396951.html Colloque "Peut-on comprendre la mécanique quantique?"
Les 30 novembre, 7 et 14 décembre 2011, le professeur Jean Bricmont fera une série de conférences intitulée "Peut-on comprendre la mécanique quantique ?"
Premier cours:  Jean BRICMONT "La mécanique quantique pose-t-elle un problème ?" 
Second cours Jean BRICMONT "Ce que Bell (1964) et Einstein (1935) ont vraiment dit"  
Troisième cours Jean BRICMONT "Peut-on penser autrement la mécanique quantique?" 
https://thequantumphysics.wordpress.com/acheter-le-livre/ (Comment comprendre la mécanique quantique ?
et si Einsein et de Broglie avaient aussi raison)

livres de bohm:
http://www.gci.org.uk/Documents/DavidBohm-WholenessAndTheImplicateOrder.pdf (bohm: wholeness et ordre impliqué)
bohm livre "sur le dialogue" et https://en.wikipedia.org/wiki/Bohm_Dialogue (bohm: sur le dialogue)
https://www.amazon.fr/Science-Order-Creativity-Dramatic-Creative/dp/0553344498 (Science, Order, and Creativity: A Dramatic New Look at the Creative Roots of Science and Life:               https://en.wikipedia.org/wiki/Science,_Order,_and_Creativity
https://www.amazon.com/Undivided-Universe-Ontological-Interpretation-Quantum/dp/041512185X (The Undivided Universe: An Ontological Interpretation of Quantum Theory)
https://www.amazon.com/Essential-David-Bohm-Lee-Nichol/dp/0415261740 (the essential david bohm : http://cspeech.ucd.ie/Fred/docs/Bohm_2005_.pdf the essential DAVIDBOHM edited by lee nichol)
https://www.amazon.com/Causality-Chance-Modern-Physics-David/dp/0812210026 (Causalité et Chance en physique moderne)
https://www.amazon.com/Creativity-Routledge-Classics-75/dp/0415336406 (bohm: on crativity voir aussi:
https://www.brainpickings.org/2016/12/20/david-bohm-on-creativity/)
http://www.livredepoche.com/les-limites-de-la-pensee-jiddu-krishnamurti-9782253116028 (les limites de la pensée par krishnamurti et bohm)
https://www.amazon.com/Unfolding-Meaning-Weekend-Dialogue-David/dp/0415136385 (Signification "dépliagee de l'ordre implicite: Un week - end du dialogue avec David Bohm)
https://www.amazon.com/Quantum-Theory-Dover-Books-Physics/dp/0486659690 (théorie quantique part david bohm)
https://www.amazon.com/Special-Theory-Relativity-Routledge-Classics/dp/0415404258 (david bohm The Special Theory of Relativity)
https://www.amazon.com/Quantum-Implications-Essays-Honour-David/dp/0415069602 (implications quantiques, un essai de david bohm)
https://www.amazon.com/Bohm-Biederman-Correspondence-Vol-Creativity-Science/dp/0415162254  (Bohm-Biederman Correspondance, vol. 1: Créativité et de la Science)
http://www.hardrainproject.com/changing_consciousness (Changing consciousness David Bohm & Mark Edwards Introduction A consistent theme throughout Hard Rain is the need for a new spirit of co-operation if we are to solve the problems we face)
https://www.amazon.com/Fragmentation-Wholeness-David-Bohm/dp/B0000EE24A (david bohm: fragmentation et intégralité)



Enregistrer un commentaire